Élection présidentielle : ce que les médias ne vous diront jamais !

Elections présidentielles

©Nullplus-Shutterstock

Élection présidentielle : ce que les médias ne vous diront jamais !

Plus d’un million brut d’euros distribué en famille, vraisemblablement sans contrepartie de labeur, comme un vulgaire argent de poche versé à son insu par le contribuable… Et pourtant, si ce hold-up est moralement indéfendable, il est tout à fait légal. Une pratique qui se révèle commune à tout le microcosme politique. Car il y a fort à parier que la plupart des autres élus s’y sont allègrement adonnés de leur côté, dans le silence hypocrite des principaux médias. Alors, au-delà de l’évidente suspicion de lynchage médiatique lancé par des sympathisants du camp concurrent à quelques mois de l’élection, l’affaire Fillon est une poussée de fièvre médiatique qui révèle un mal beaucoup plus profond rongeant notre démocratie : Le système électoral. Pourquoi ?

Oublions un instant l’écran de fumée de la compétition des candidats en lice, faisons un pas de côté et analysons ce que cache le battage médiatique dont bénéficie l’élection présidentielle. Durant les prochains mois, on va nous servir jusqu’à la nausée la bouillie indigeste de fausses promesses  qui ne seront pas tenues, de programmes qui ne seront pas appliqués et d’effets de rhétorique qui ne convaincront que les clients des tribuns qui sollicitent nos suffrages. Tout cela au nom du sacro-saint exercice de démocratie que constitue l’élection au suffrage universel du premier magistrat de France.

Démocratie ? Voire. Tordons le cou une fois pour toutes au mythe qui nous aliène : En 1789, les pères fondateurs de la république française, bourgeois nourris de l’esprit du Siècle des Lumières, ont accompli une révolution. Un concept savoureux issu de l’astronomie, qui qualifie ainsi la course de la Terre autour du Soleil, c’est-à-dire un mouvement périodique qui revient à son point de départ… En effet, les constituants de 1789 se sont empressés d’enfiler les chaussons des aristocrates qu’ils avaient raccourcis. En créant le système de démocratie représentative basé sur l’élection de nos représentants – actuellement nos députés, sénateurs et Président de la République – ils ont donné à nos ancêtres l’illusion de prendre leur vie en mains.

Nous avons simplement changé de princes…

Les nouveaux aristocrates ont détourné le système électoral à leur profit

De fait, la vertueuse classe politique française censée nous représenter n’a eu de cesse que de se mettre à l’abri de nouveaux privilèges, tous plus indécents les uns que les autres. Avant de commencer à s’occuper du pays, et avec une touchante unanimité, nos parlementaires se sont auto-votés un régime en or, exorbitant au droit commun. Espérons que le PenelopeGate soit la goutte d’eau qui mette enfin le feu aux poudres et que l’exaspération des citoyens face à ce nouveau scandale ne retombe pas encore comme un soufflé.

  • Pour les députés : Indemnités de base, de logement, de fonction, de frais de mandat non imposables et sans avoir à fournir de justificatifs ! soit un véritable argent de poche ; supplément familial, cumul avec les indemnités d’autres mandats, rémunération et primes des collaborateurs, déplacements gratuits, prise en charge de tous leurs frais de bureaux sans justifier de leur contenu, généreuse enveloppe de parc informatique, restauration, double cotisation de retraite, allocation-chômage très avantageuse, Fonds de sécurité sociale spécifique, système de retraite propre abondé par un budget de l’Assemblé nationale …Puis d’autres avantages, plus ou moins secrets, encadrés et contrôlés, comme une « réserve parlementaire », dispositif particulièrement opaque dont le montant, l’utilisation et le contrôle sont partiellement flous. A quoi s’ajoutent des possibilités d’attribution de subventions à taux préférentiel. Et le tout, sans parler des facilités faites aux hauts fonctionnaires élus qui peuvent retrouver leurs corps d’origine à l’issue de leur mandat sans perdre leur droit à l’avancement, puis cumuler leurs retraites sans écrêtement.Bref, le budget de l’Assemblée nationale dépasse allègrement les 540 millions d’euros, soit l’équivalent du budget annuel consacré en France au sport, à la jeunesse et à la vie associative !
  • Pour les sénateurs qui, rappelons-le, ne sont pas élus par les électeurs, mais par les autres élus…, se rajoutent d’autres privilèges exorbitants : Des rémunérations encore beaucoup plus confortables et, au cas où ils ne soient plus réélus, des cotisations de retraite doublées , le train gratuit à vie et l’avion à 50%, ainsi que l’accès à vie au restaurant, à la buvette et au tabac gratuits du Palais du Luxembourg, l’un des clubs les plus sélects de Paris. François de Closet dans son ouvrage « toujours plus ! » citait même l’existence de primes d’allumage de réverbère et de nettoyage de pourpoints pour contrôle des égoûts qui dataient de… Philippe Le Bel ! Ancien Régime, pas mort, on vous dit. D’ailleurs, pourquoi se priver ? Serge Dassault, un sénateur qui a piétiné toutes les lois qu’il a votées sur le thème de la fiscalité en ayant omis de déclarer au fisc plusieurs dizaines de millions d’euros, vient d’être condamné à deux millions d’euros d’amende pour blanchiment de fraude fiscale et cinq ans d’inéligibilité, mais conserve son siège au Palais du Luxembourg, l’appel étant suspensif…
  • Enfin, le Président de la République n’est pas en reste. Si le fonctionnement de l’Élysée coûte déjà 100 millions d’euros par an, il se console en le quittant lorsque nous lui signifions son congé grâce à un traitement à vie, et des frais de bureaux et de sécurité qui coûtent encore au contribuable dix millions d’euros par an pour les trois présidents actuels.

La nuit du 4 Août 1789, les députés de l’Assemblée Constituante avaient voté l’abolition des privilèges féodaux. Visiblement, ils ont oublié d’en faire promulguer le décret d’application…

Ainsi, nous n’avons pas hérité du droit de choisir nos dirigeants, mais simplement de désigner nos nouveaux maîtres parmi ceux qu’une corporation au-dessus des lois s’est arrogée le pouvoir de choisir.

Ils sont les aristocrates des temps modernes. Nos petits marquis ont troqué le carrosse pour la limousine de fonction et la perruque poudrée pour le costume-cravate. Mais les ors des palais nationaux, les huissiers à chaîne et les privilèges sont identiques.

Et pourtant, curieusement, moins ils ont de travail, plus ils sont nombreux. Plus de 95% du budget de la France est déjà consacré au respect de nos engagements internationaux – CEE, OMC, ONU, OTAN, traités bilatéraux – et au remboursement de la dette. La marge de manœuvre de nos dirigeants et leur capacité d’influer sur notre destin se sont donc réduites comme une peau de chagrin. De plus, les compétences législatives et réglementaires ont été largement transférées à l’Europe. Et pourtant, rapporté au nombre d’habitants, nous comptons 6 fois plus de parlementaires que l’Allemagne et 10 fois plus que les Etats-Unis.

Cette pléthore de représentants nous permettrait-elle pour autant d’être mieux gouvernés ? Que nenni ! La réponse, sans appel, c’est l’OCDE qui vient de nous l’apporter : 57% du Produit Intérieur Brut de la France est grevé par les dépenses publiques ! soit 13% de plus que l’Allemagne, qui évolue dans la même zone euro, a dû digérer le coût de la réunification et où règne le plein-emploi. En cause ? Nos élus qui se sont partagés le pouvoir depuis soixante ans se sont avérés de piètres gestionnaires. Davantage mus par le désir de s’accrocher au pouvoir que par le courage de mener les réformes nécessaires que le pays exige, ils se sont contentés de réescompter la traite et de creuser le déficit.

Autrement dit, qui paie en fin de mois les traitements de nos policiers, de nos enseignants et de nos infirmières ? Les fonds de pension étrangers qui achètent notre dette, c’est-à-dire les économies des fermiers du Middle-West et des employés de bureau de New-York !

Et à qui ces derniers présenteront-ils la facture un jour ? A nous, citoyens. Ou pire à nos enfants qui nous en voudront alors, à juste titre, d’avoir vécu à crédit sur leur dos !

Hold-up électoral et déni démocratique

La gamelle est bonne et les ors du pouvoir séduisants. Conséquence : au lieu d’agir en locataires de leur mandat, nos élus nationaux s’en considèrent majoritairement propriétaires et plantent donc des barrières autour de leur pré carré.

Tous les moyens sont bons : Institution d’un suffrage majoritaire à deux tours, invention des partis qui ne sont que des machines à élire, tripatouillage des découpages de circonscriptions électorales à la veille des échéances, cumul effectif des mandats, possibilités de renouvellement, impunité judiciaire, et maintenant escroquerie des primaires où même les électeurs d’un autre camp peuvent s’exprimer.

Et surtout, l’ultime confiscation démocratique : l’assimilation des votes blancs à des abstentions. Il ne faudrait surtout pas que la désaffection des électeurs pour la classe politique tout entière apparaisse au grand jour…

Cette farce aboutit à ne nous laisser que l’alternative de choisir entre deux écuries.

Cliver les Français en deux, quelle meilleure façon de « diviser pour régner », comme le prévoyait Machiavel, le premier politologue enseigné à l’ENA ? La gifle la plus manifeste à la démocratie est la représentation parlementaire du FN : le premier parti de France avec 28% des suffrages exprimés aux régionales 2015 ne dispose que de 0,5% des sièges au Sénat (2 sur 348) et 0,3% à l’Assemblée Nationale (2 sur 577). Une imposture flagrante qui attise les braises. Soyons clairs : Je n’ai jamais voté Front National, mais je rejoins ici Voltaire : « Je ne suis pas d’accord avec tout ce que vous dites, mais je ferai tout pour que vous ayez le droit de le dire ».

Coup d’état permanent ou dictature insidieuse ?

Et ces bénéficiaires d’une alternance artificielle, jamais inquiétés par les rapports pourtant remarquables de la Cour des Comptes ou la farce de la Haute Cour de Justice censée juger leurs turpitudes, ont prévu une cerise sur le gâteau qu’ils se partagent :

Le pré-requis du parrainage de signatures d’élus nécessaires pour pouvoir se déclarer officiellement candidat à la présidentielle.

Lorsque j’étais nourrisson, un homme pouvait monter sur un tonneau dans une rue parisienne, haranguer les passants et briguer nos suffrages.  Institué par la Vème République, cette règle a été dopée avec la candidature de Coluche. Lorsque l’humoriste préféré des français a atteint 15% d’intentions de vote, l’oligarchie en place s’est empressée de monter le nombre des signatures à 150. Et elle l’a encore monté depuis pour atteindre 500, comme autant de barrières à l’intrusion d’électrons libres dans le cénacle, privant ainsi les citoyens de leur capacité de choix.

Si au moins ces élus étaient socialement représentatifs de l’électorat…

Mais c’est loin d’être le cas. Les fonctionnaires y sont sur-représentés à l’excès, protégés, en cas de défaite,  par la capacité de retour dans leur corps d’origine en ayant conservé leurs avantages. On y cherchera en vain un pourcentage significatif de professions libérales, de cadres, d’employés, de travailleurs indépendants, d’ouvriers, de paysans, de femmes au foyer, de patrons de très petites entreprises, voire de chômeurs malgré eux pour qu’elle soit un échantillon réel de la représentation nationale. Leurs privilèges et les courtisans qui se disputent leurs faveurs les coupent et les éloignent de ceux dont ils sont supposés défendre les interêts : Toute cette France qui se lève tôt, connaît le prix d’un ticket de métro, sait gérer un budget équilibré, satisfaire un client, a connu au moins une injonction de payer du RSI et tremble pour l’avenir de ses enfants…

Enfin, nous subissons la double peine. Pour nous donner l’illusion de leur nécessité, l’oligarchie ne cesse de légiférer et de réglementer, ajoutant ainsi  à un mille-feuilles administratif pléthorique et indigeste, sans rien supprimer. Et entravant chaque jour davantage la vie des seuls créateurs de valeur ajoutée, les entrepreneurs.

Si au moins les politiciens, candidats à la présidentielle qui s’annonce, jouaient leur véritable rôle, comme les rétheurs athéniens qui les ont précédés il y a 2500 ans… S’ils nous inspiraient, nous faisaient rêver, nous insufflaient des valeurs, nous faisaient vibrer pour un projet qui nous dépasse…

Las, lors de ces débats télévisés interminables, je n’entends que des épiciers rances, des boutiquiers inodores, des batailles de chiffres insipides et des saupoudrages de promesses pathétiques.

J’attendais Victor Hugo, je n’ai eu droit qu’à Guy des cars…

Attention, danger de fronde

Moralité, le citoyen se sent dépossédé de son principal acquis démocratique : la liberté de choisir ses représentants. Quand il en est réduit à devoir voter contre et non pas pour un candidat, il se demande pourquoi ses ancêtres se sont fait tuer sur des barricades.

Alors quand, par le jeu des abstentions, un candidat n’est plus élu que par 12% de la population en moyenne, ou qu’un Président de la République dégringole à 3% des suffrages, la légitimité issue des urnes vole en éclat. Ce n’est plus du désamour, c’est de la désillusion. Et ce pouvoir des urnes confisqué, cette parole qui a été ôtée au peuple est grosse de dérives, sur le mode du « Un pour tous, tous pourris ». Comme un fleuve trop endigué, l’énergie des électeurs risque de déborder. Si la masse des citoyens n’était pas contrainte par les impératifs économique de joindre les deux bouts à la fin du mois, les initiatives des manifestations-fleuves, des « bonnets rouges », des « indignés », des « insoumis » et autres « nuits debout » auraient dégénéré depuis longtemps. 90% des citoyens interrogés en Europe pensent que ça ne va pas durer. Et face à cette tragédie annoncée, cette mécanique à générer du malheur qu’est le mode de scrutin actuel, la caste qui nous dirige fait comme si rien n’était, accrochée le plus longtemps possible à ses privilèges.

La bonne nouvelle, c’est qu’il existe des solutions douces !

La vraie démocratie ne peut être que directe

« En chérissant le système électoral actuel, nous adorons comme une vache sacrée la cause première des conséquences que nous déplorons, celles de notre impuissance politique » prévient Étienne Chouard, professeur d’économie, blogueur très influent et fondateur des « ateliers constituants ». Sa thèse suscite les polémiques, mais elle a le mérite de proposer une alternative et il est regrettable, voire suspect, que les médias « mainstream » ne l’invitent pas davantage à l’exprimer pour engager un salutaire débat contradictoire. Laissant à Internet le rôle de seul espace de véritable débat démocratique.

A ses yeux, la démocratie représentative est un oxymore, une figure de style qui rapproche deux termes inconciliables. Et tous les historiens et les politologues s’accorderaient à dire que la seule procédure réellement démocratique est le tirage au sort. Il appelle donc à remplacer le système électoral actuel par la formation d’une assemblée constituante tirée au sort, dont le but serait de rédiger une constitution alternative.

Ainsi que le montre le magnifique film « Demain » de Mélanie Laurent et Cyril Dion, le peuple islandais l’a mis en œuvre, après avoir poussé pacifiquement à la démission son Premier Ministre et le Président de la Banque centrale.

Sentant monter l’exaspération citoyenne, le candidat Jean-Luc Mélenchon reprend à son compte ce principe d’une VIe république. Mais je n’arrive pas à croire aux accents de sincérité de ce roi de l’opportunisme démagogique. Son statut-même de sénateur, louvoyant par essence dans le confort du marigot politique, le décrédibilise déjà.

L’idée de Chouard est que chaque citoyen désigne librement trois personnes de son entourage, qu’il estime dignes de le représenter. Ceci aboutirait à un collège d’un ou deux millions de personnes parmi lesquelles serait effectué un tirage au sort.

Ensuite, un certain nombre de mesures électorales pourraient être intégrées :  Casier judiciaire vierge pour les candidats, vote obligatoire pris sur le temps de travail, avec carotte et bâton, inéligibilité à vie pour les élus condamnés, non-cumul réel des mandats à la place de la farce actuelle, vote blanc comptant comme un vrai vote avec possibilité d’éviction des candidats, non-renouvellement d’un mandat pour faciliter la rotation des charges et un apport de sang neuf dans la classe politique, démission des fonctionnaires de leur corps d’origine lorsqu’ils sont élus, alignement complet sur le droit commun du chômage et des retraites, interdiction des parachutages dans les élections locales et régionales, exigence de réelle transparence dans la gestion avec des pouvoirs réels donnés aux rapports de la Cour des Comptes etc…

Le contrôle des dirigeants ne peut être que citoyen

« Tout homme qui a du pouvoir est porté à en abuser » énonçait Montesquieu dans son premier article de « L’esprit des lois ». On ne peut déléguer la surveillance des règles à ceux qui les édictent, c’est une simple question de bon sens. Il appartient donc aux citoyens, et à eux seuls, de prévoir les garde-fous et d’exercer le contrôle de leurs représentants. Avec reddition des comptes pendant et après un mandat, assortie d’une possibilité de punir. Au nom de quoi ce qui est exigé d’un entrepreneur ou d’un chef de famille ne le serait plus de nos représentants ?

L’exemple n’est pas la meilleure façon d’être respecté. C’est la seule.

Ils nous ont enterrés, mais nous sommes des graines

Avez vous remarqué que plus les citoyens se désintéressent des élections, plus les médias mainstream y consacrent de temps ? Comme s’ils se raccrochaient désespérément à un système auquel ils participent… Combien de micros sont-ils tendus aux candidats isolés ? Combien de caméras fixent-elles les innombrables initiatives citoyennes sur la réforme du système électoral ? Foisonnantes, parfois brouillonnes, souvent utopiques,  toujours isolées mais pleines de bonne volonté, elles restent inaudibles, faute de couverture médiatique. Alors que les candidats issus du sérail nous abreuvent à longueur de colonnes et de temps d’antennes de leurs discours ressassés, nourris par une dialectique éventée, peinant à dissimuler leur Ego sous des accents d’altérité bien peu convaincants. La fracture avec la société 3.0 est criante. Empruntant ses codes et ses canaux d’information à la génération Y, elle est agile, réactive, ouverte sur le monde, informée, davantage intéressée par demain que par hier, critique par essence, incrédule par nécessité, iconoclaste par pragmatisme. Et elle range au rayon des antiquités ceux qui lui apparaissent comme d’étranges fossiles…

L’heure est pourtant grave : Plusieurs échéances électorales majeures auront lieu en Europe en 2017. Et les leaders populistes surfent sur la vague du mécontentement des citoyens dépossédés de leur droit de vote par une oligarchie de privilégiés.

Heureusement, grâce à ce salutaire espace de liberté qu’est Internet, nous avons le pouvoir de nous regrouper et de faire pression sur les candidats à l’élection présidentielle pour qu’ils s’engagent à organiser dès leur arrivée au pouvoir  un  référendum d’initiative citoyenne sur ce sujet au cœur de notre vie. Alors, aux armes (pacifiques), citoyens !

« On ne résout pas les problèmes avec les modes de pensée qui les ont engendrés » disait Einstein. Ne cherchons pas pour autant à combattre ce Mal de façon frontale, cela n’aboutirait qu’à le nourrir et le renforcer. Soyons simplement lucides et créatifs pour imaginer dans la joie des solutions nouvelles en vue d’un avenir meilleur.

Bernard Deloupy, Février 2017

En savoir plus sur l’initiative citoyenne « Convention pour la 6e République »

11 commentaires sur « Élection présidentielle : ce que les médias ne vous diront jamais ! »

  • Texte très bien écrit et bien documenté , MAIS devant le constat d’une dérive de nos politiques en général , pourquoi s’acharner sur un seul homme la veille d’une élection capitale . Tout niveler comme cela vers le bas favorise l’abstention et le vote extrême .. Ce texte en plus , passe sous silence les petits progrès de notre système politique , financement des partis , loi sur la transparence … Il y a fort à parier que Penelope sera à l’origine d’une refonte complète du statut du parlementaire . Donc étudions les programmes de chacun , choisissons le plus apte à redresser le pays , nous maintiendrons ensuite cette passion pour la politique apres le 7 mai et reprendrons ces discussions pour améliorer notre vie politique et se diriger vers un monde meilleur , mais cessons de rêver du grand soir .

    J'aime

    • Je précise bien que l’homme en question est victime d’un lynchage médiatique pour le moins suspect à quelques semaines de l’échéance et qu’il n’est ni plus ni moins moralement responsable que tous les autres élus qui profitent de cet indécent Système. Il est juste le personnage central d’une affaire qui dévoile au grand jour les dysfonctions d’un système qu’il nous appartient, nous citoyens, de corriger. Voilà des années que les initiateurs d’une 6eme république pour réformer ces pratiques honteuses prêchent dans le désert…Ce PenelopeGate est l’occasion de donner de la voix. Le (ou la) Président(e) élu(e) en Avril sortira renforcé par une apparent suffrage universel et tout repartira de plus belle. Donc c’est maintenant qu’il faut se mobiliser. Je cherche précisément par cette proposition à éviter un grand soir sanglant…

      J'aime

  • Ce n’est malheureusement pas propre à notre démocratie, pour les USA ce n’est que 25% du peuple américain qui désignent le président. Il y a donc 75% des américains qui subissent le résultat de ces élections. Trump est passé (qu’on l’apprécie ou pas) car comme en France les sondages se sont plantés, sinon « l’Etablisment » aurait fait ce qu’il fallait pour… . Je suis d’accord avec toi il faudrait une démocratie directe mais aussi proportionnelle à 100%. En Suisse ils ont opté pour les référendums pour 70 % des lois « en moyenne », c’est déjà mieux.
    Mais ce qui me fait le plus peur c’est Macron qui il y a de cela 1 an, en sortant d’un conseil des ministres sur BFMTV disait à un journaliste que la notion de vote pour élire un homme politique était dépassée. A la question du journaliste « Que faudrait il mettre à la place ? ». Il répondit « Ou se serait les députés qui éliraient le président où on pourrait créer une chambre avec des représentants du peuple qui voteraient entre eux le futur président »..
    Comment squeezer le vote démocratique de tout un peuple.
    L’idée de Chouard est séduisante mais sa notion de représentativité « laisse à désirer » me semble-t’il, et le tirage au sort..; me laisse pantois.

    J'aime

  • Superbe article de fond mais attention aux détails , cela fait 15 ans qu’il n’y a plus de tabac détaxé à la civette des parlementaires et c’est un ancien assistant ( assez grassement payé j’avoue pour un taf pas trop usant )toujours fumeur qui le dit.

    J'aime

  • article qui souffle dans mon sens 😉 intéressant et bien écrit.
    Je parle volontiers pour ma part d’Olicratie, (néologisme maison, mal taillé entre le démocratie et l’oligarchie, car une fois tous les 5 ans, nous élisons démocratiquement nos oligarques préférés… Et l’on en arrive à un point où même ça, ça ne marche plus !
    Donc la 6ème est urgente…à condition de ne pas se faire confisquer la démarche et se retrouver avec une 4ème version 2.0

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s