SOS , ondes mortelles !

SOS : ondes mortelles !

 Vous souffrez de fatigue chronique ? de maux de tête persistants ? de douleurs articulaires aigues ? de palpitations cardiaques ? d’insomnies ? d’acouphènes ? de troubles de la concentration ? vous ressentez des démangeaisons  sur le cuir chevelu ? une sensation de brulures sur la peau ? vous avez l’impression que votre cerveau va griller lorsque vous approchez un téléphone mobile de votre oreille ? Et votre médecin traitant n’arrive pas à diagnostiquer ce dont vous souffrez ? Il est possible que vous soyez électro-hypersensible sans le savoir. Comme 3 à 10% de nos contemporains qui l’ignorent encore. Et comme le serait 25% de l’humanité à la fin du siècle…

Or, bien qu’identifié depuis plus de 30 ans, le SICEM ou « Syndrome d’Intolérance aux Champs Electromagnétiques », est encore peu connu du monde médical et n’est pas encore considéré comme une pathologie en France.

Et pourtant, des scientifiques de plus en plus nombreux dénoncent un risque de pandémie majeure qui peut affecter potentiellement 3 milliards d’êtres humains. Et pourrait battre le sinistre record de la peste noire qui a emporté le dixième de l’humanité au Moyen Age…

Les ondes radio au banc des accusés

La physique quantique nous l’a prouvé : tout est vibratoire. L’univers se réduit à des vibrations et tout est interconnecté. L’étalon de mesure de la vibration, l’herz, correspond à une pulsation par seconde. A titre d’exemple, notre organisme vibre sur une gamme allant de 3 herz (os, muscles) à 20 herz environ ( attention, mouvement, activité cérébrale). Mais depuis, au début du XXe siècle, l’homme a découvert les ondes radioélectriques et leurs propriétés de transmission de signaux, et n’a cessé d’en développer les applications.

Les champs électromagnétiques induits par ces rayonnements artificiels s’étagent sur l’ensemble du spectre des ondes radioélectriques : des fréquences extrêmement basses, comme les lignes à très haute tension (100 herz) aux hyperfréquences de la téléphonie mobile, la 4G et la Wi-fi ( 5 Gigaherz), en passant par les radars, les antennes-relais, les postes de radio et de télévision, les téléphones DECT, le Bluetooth, les fours à micro-onde, les ordinateurs, les GPS, et même les appareils électro-ménagers… Nous baignons à notre insu dans un véritable brouillard électromagnétique.

Or, la nocivité de ces ondes radios est communément admise par la communauté scientifique internationale. On sait qu’elles peuvent franchir les barrières physiologiques, comme la peau, les muqueuses ou l’encéphale, les protections naturelles du corps, traverser tous les organes et affecter le système nerveux central, voire l’ADN.

Une arme de guerre

Durant la guerre froide, les chercheurs du KGB les avaient d’ailleurs expérimentées en dirigeant des canons à micro-ondes pulsées sur l’Ambassade américaine à Moscou qui avaient déclenché une épidémie de cancers du sein et de leucémies sur le personnel diplomatique. Et aujourd’hui, les unités anti-émeutes chinoises utilisent des canons à micro-ondes qui brûlent les manifestants à distance pour les disperser. Et les israéliens, des canons à sons qui vrillent leurs tympans.

Mais les plus dangereuses aujourd’hui pour l’humanité sont celles qui ont envahi notre quotidien et sont collées à l’oreille en quasi-permanence par les trois milliards d’humains qui y sont abonnés : les hyperfréquences de la téléphonie mobile. Elles combinent les technologies du radar, de la radio et du téléphone. Or tout signal électromagnétique extérieur au cerveau, émis sur une bande de fréquences identiques, peut entrer en interférences avec les ondes cérébrales. Une loi physique stipule que les ondes sont absorbées au maximum dans les organes dont la taille correspond à la longueur de l’onde ou à l’un de ses multiples. A 1.800 mégahertz, elle est de 16,5 cm, soit la taille d’un cerveau humain adulte. La boîte crânienne se transforme alors en caisse de résonance. Plus haut sur l’échelle, les fréquences des ondes radioélectriques 4G et WiFi correspondent à la fréquence d’agitation des molécules d’eau dans les fours à micro-ondes. Or nous sommes constitués à 70% d’eau. Sous l’effet des rayonnements d’ondes électromagnétiques, la vibration des tissus entre en résonnance, crée un déficit de flux vasculaire et entraine des problèmes inflammatoires.

Des scientifiques lancent un cri d’alarme

L’épigénétique, une discipline récente de la biologie qui explique, entre autres, les liens de causalité entre l’environnement et les nouvelles maladies de civilisation telles que les cancers ou Alzheimer, lance un cri d’alarme face aux rayonnements artificiels.

Elle dénonce une progression constante de l’électro-hypersensibilité dans nos pays industrialisés. Tout comme une allergie, plus les expositions aux ondes provocantes se reproduisent, plus l’organisme devient sensible, réagissant à des doses de plus en plus faibles ou des gammes de fréquences ignorées jusque là. Une fois les premiers symptômes constatés, elle ne peut que s’accroitre avec le temps. Et nous serions tous affectés. Il s’agit simplement d’un seuil de radiation propre à chacun, mais qui peut très vite se dégrader à cause des expositions croissantes à ce brouillard composite de rayonnements dans lequel nous barbotons.

Comme toute maladie de civilisation, les cause du déclenchement de la pathologie sont en effet multifactorielles : des facteurs génétiques favorisent déjà le terrain des plus atteints ; puis la barrière placentaire du fœtus ne suffit pas à protéger certains des agressions chimiques dont souffre leur mère ( un nouveau-né compte déjà 240 toxines dans son cordon ombilical…); ensuite, une mauvaise hygiène de vie précipite ces prédispositions : mauvaise alimentation, manque d’exercice, pollution, intoxication chronique aux métaux lourds, aux OGM, conservateurs, pesticides ou insecticides amoindrissent notre immunité. Enfin, le stress en rajoute une couche.

– Dès 2011, l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) classe les ondes électromagnétiques comme « possiblement cancérigènes ». 

– Compilé par 29 scientifiques internationaux au sein du Rapport « Bioinitiative » sorti en 2012, 1.800 études renforceraient la certitude de la nocivité des ondes et l’urgence de nouvelles normes de protection.

– Publiée en 2012 et conduite par 13 pays, « Interphone » est la plus grande étude épidémiologique réalisée sur l’impact de la téléphonie mobile sur la santé. Portant sur 6.600 cas-témoins de tumeurs cérébrales, elle confirme qu’une utilisation du téléphone portable de 27 minutes par jour pendant 10 ans augmente le risque de tumeur au cerveau de 40%. Et qu’à moins de 20 ans, l’utilisation plus d’une heure par jour le multiplie par cinq…

– En 2014, l’Inserm de Bordeaux publie l’une des dernières et rares études française parues sur le sujet. Elle démontre que «l’utilisation massive du téléphone portable serait associée au développement de tumeurs cérébrales ». Et que le risque commence à une demi-heure d’appels par jour, alors que le quart des adolescents en est déjà à deux heures.

Selon certaines études, utiliser son téléphone portable 20 minutes par jour provoquerait à long terme la maladie d’Alzheimer. Le plus grand risque aujourd’hui n’est pas le cancer mais la destruction des cellules du cerveau. Les plus jeunes sont les plus exposés, car ils sont les plus gros utilisateurs et leur cerveau n’est pas mature avant l’âge de 15 ans. La barrière hémato-encéphalique ne joue pas encore parfaitement son rôle de protection.

– Le Professeur Luc Montagnier lui-même, prix Nobel de médecine et de physiologie, monte au créneau, confirmant le risque que les ondes créent des maladies dégénératives et des cancers.

Les pouvoirs publics tardent pourtant à réagir

Pour chaque étude publiée, les industriels de la filière en produisent dix dont les résultats sont contradictoires. Pour chaque projet de réglementation européenne, les lobbyistes – Bruxelles en compte 30 par député – inondent les services de la Commission et les parlementaires de contre-feux aux conclusions opposées. Et les autorités françaises de santé tergiversent. Dans son rapport de 2013, L’Agence nationale de sécurité sanitaire, l’ANSES, ne reconnaissait toujours  « aucune preuve scientifique d’une relation de causalité entre l’exposition aux radiofréquences et l’hypersensibilité électromagnétique, aucun effet sanitaire avéré chez l’homme ». Certes, c’est elle qui affirmait que le Médiator ne présentait aucun risque… Il n’empêche, c’est l’autorité ultime. Quant à l’Académie nationale de médecine, elle assimile les électro-hypersensibles à ceux que l’on qualifiait autrefois de spasmophiles ; elle botte en touche, renvoie à des études ultérieures que personne ne prend soin de financer. Certes, c’est elle qui déclarait en 1996 que l’amiante ne constituait pas un danger majeur, quelque temps avant son interdiction définitive… Il n’empêche, c’est l’autorité morale ultime, celle derrière laquelle se retranche le Gouvernement.

L’association « Robin des toits » a beau dénoncer que, parmi les publications scientifiques sur les effets de la téléphonie mobile sur la santé, celles exclusivement financées par l’industrie rapportent 0% d’effets négatifs, alors que celles financées par le public ou des ONG en rapportent 36%, rien ne change. La France serait même le mauvais élève de l’Europe.

Elle est l’un des rares pays à maintenir le seuil thermique des antennes-relais à 61 volts par mètre, alors que le Conseil de l’Europe a recommandé en 2011 de l’abaisser à 0,6 volt par mètre. Un cadeau de prix aux opérateurs qui implantent dix fois moins d’antennes-relais que nos voisins… mais dix fois plus puissantes !

Chez les opposants, tout ceci nourrit des soupçons tenaces de collusion entre les pouvoirs publics et l’industrie de la téléphonie, avec la complicité suspecte des plus hautes autorités de santé. C’est la raison pour laquelle, neuf médecins sur dix sont encore incapables de diagnostiquer un patient électro-hypersensible car ses symptômes évoquent d’autres maladies. Pour laquelle la Sécurité sociale ne reconnaît pas que les EHS souffrent d’une pathologie.

La guerre des ondes est déclarée

La révolte gronde. Des collectifs d’électrosensibles se montent. Des comités de parents font pression sur les autorités pour démonter les antennes-relais trop proches des écoles. De plus en plus suivis par les tribunaux, après de longues et coûteuse procédures. Les maires sollicitent de plus en plus l’avis du Centre de Recherche et d’Information indépendantes sur les Rayonnements Électromagnétiques (CRIIREM) avant de donner des autorisations d’implantation. Quand les parents d’élèves n’obtiennent pas le démontage, ils engagent des recours en excès de pouvoir devant le tribunal administratif pour faire baisser les expositions. Sous les coups de boutoir des citoyens, les autorités commencent timidement à mettre de l’eau dans leur vinaigre. La loi Abeille du 9 février 2015 interdit le Wi-Fi dans les écoles maternelles… mais plusieurs décrets d’application attendent toujours d’être publiés au Journal Officiel. Un rapport de l’ANSES en date du 8 juillet 2016 recommande enfin de « limiter au maximum l’exposition des enfants » et préconise un abaissement des seuils. Le Tribunal de Grande Instance de Toulouse vient même d’attribuer l’invalidité d’une plaignante aux champs électromagnétiques et lui a accordé une allocation de handicap. C’est une première, mais toujours pas la reconnaissance d’une pathologie, contrairement à la Suède, l’Allemagne, l’Angleterre et plusieurs États américains.

Pour les opposants, l’électro-hypersensibilité est pourtant une maladie insidieuse parce qu’invisible. Et la non-reconnaissance de ce syndrome est un déni scientifique. Le prélude à une future catastrophe sanitaire. Un scandale mille fois plus important que l’amiante, car il concerne déjà les milliards d’individus qui abusent du portable. Et ils prédisent qu’elle deviendra un jour l’une des principales causes d’invalidité dans le monde.

Les plus atteints réclament des « zones blanches »

 Pour les électro-hypersensibles, la vie est un enfer. Ils seraient des milliers en ville, terrés dans leur cave. Dans leur garage. Certains ont fui les agglomérations, dans de vieilles camionnettes bricolées en cages de Faraday. D’autres vivraient comme des bêtes dans des grottes, des maisons de l’ONF à moitié en ruines. Ignorant encore le mal dont ils souffrent. Une association, Une terre pour les EHS, cherche à les répertorier, les informer, et pousser les autorités à créer des « zones blanches », des endroits sanctuarisés, dépourvus de rayonnements artificiels, où ils pourraient vivre moins précaires et moins isolés.

En 2011, la résolution 1815 du Conseil de l’Europe avait  déjà enjoint aux États d’en créer. Mais du côté des autorités françaises, c’est l’omerta : ils sont encore en nombre insuffisant pour avoir un impact face au lobby des télécommunications… La Députée européenne Michèle Rivasi (EELV) cherche à faire aménager une ancienne colonie de vacances perchée dans une forêt domaniale, à cheval sur les Hautes Alpes et la Drôme : la Chartreuse de Durbon. Un lieu rare, loin de lignes à haute tension, de radars, d’antennes de l’aviation civile, non couvert par les réseaux mobiles, totalement dénué de pollution électromagnétique. Des EHS en colère l’ont occupée avant d’en être délogés par les gendarmes…Dans ces bâtiments-refuges, les sols devraient être en pierre ; les plafonds en béton brut et les murs peints à la chaux, au carbone ou au graphite ; les portes doublées de rideaux-boucliers d’aluminium ; Les carreaux des fenêtres recouverts de films écrans.

Une sorte de Fort-Alamo face aux hordes de barbares à la Mad Max que seraient les ondes…

Comment se protéger au quotidien ?

Alors que faire pour éviter d’en arriver là ? Quelques précautions s’imposent : Blinder son câblage électrique ; vérifier que toutes les prises sont mises à la terre, ce qui n’était pas obligatoire avant 1980 ; ne pas installer sa box internet dans une chambre à coucher ; raccorder les ordinateurs par un câble Ethernet plutôt que par Wi-Fi ou par prises CPL, et si l’on n’a vraiment pas d’autre solution, éteindre la Wi-Fi le soir (et demander à vos voisins qu’ils fassent de même, au besoin en leur donnant une copie de cet article…); éviter les bases de téléphone DECT sans fil, les ampoules à économie d’énergie fluo-compactes, les fours à micro-ondes, les plaques à induction ; ne pas laisser les tablettes entre les mains d’enfants de six ans et en réduire la durée d’utilisation ; ne pas dormir en laissant son smartphone sur sa table de nuit ; si on doit l’utiliser comme réveil, le mettre le plus loin possible de son lit et activer le mode avion ; attendre que la communication soit établie avant d’approcher son téléphone portable de l’oreille car c’est en cherchant la porteuse du relais le plus proche qu’elle rayonne le plus ; utiliser des coques spéciales pour diminuer son exposition aux ondes ; utiliser une oreillette pour téléphoner; ou, si vous n’en avez pas, le mettre si possible en mode haut-parleur.

Apprendre en se distrayant : lisez mon dernier roman policier

Paru en juin 2017 aux Éditions Gilletta-Nice matin, Crim’ au soleil  surfe sur cette actualité. Mon souhait le plus cher est de contribuer, à travers ces romans policiers que je souhaite distrayants, à éveiller les consciences de mes contemporains sur des problématiques dont les conséquences prévisibles sont édifiantes.

Ne comptons pas sur nos dirigeants pour porter leurs risques à la connaissance du public. « On ne résout pas les problèmes avec les modes de pensée qui les ont engendrés » disait Einstein. Ne cherchons pas pour autant à combattre ce Mal de façon frontale, cela n’aboutirait qu’à le nourrir et le renforcer.

Soyons simplement lucides et créatifs pour imaginer dans la joie des solutions nouvelles en vue d’un avenir meilleur.

Bernard Deloupy, mai 2017

Commander le roman en ligne :

 

 

 

 

 

 

Emmanuel Macron et la colonisation : La vérité si je mens

©shutterstock
©shutterstock

Emmanuel Macron et la colonisation : La vérité si je mens

 

Merci Monsieur Macron ! En traitant le 15 février depuis un plateau de télévision à Alger la colonisation française de « crime contre l’humanité », vous nous offrez l’occasion de rappeler ici des faits trop souvent glissés sous le tapis d’un révisionnisme issu de l’ignorance. En effet, comme l’immense majorité des Français à qui on ne l’a pas apprise à l’école, vous ne connaissez pas l’histoire de l’Algérie.

Alors, je vous propose un petit rappel historique et pédagogique. Il compensera en partie l’omerta de l’Éducation nationale. Et vous disposerez ainsi d’une grille de lecture plus complète, afin de mieux décrypter l’actualité qui nous concerne tous.

Une histoire très récente

L’identité algérienne n’a jamais existé avant 1830. De la Lybie au Maroc, les populations qui y vivaient, d’origine berbère, phénicienne puis romaine, étaient avant le 8ème siècle pour la plupart chrétiennes. Ce sont les nomades arabes venant du Moyen Orient qui ont envahi le Maghreb et converti de force, par le sabre, toutes ces populations. Puis les Turcs envahirent à leur tour le Maghreb pendant trois siècles, maintenant les tribus arabes et berbères en esclavage, les laissant se battre entre elles, prélevant de force la dîme et ne construisant rien volontairement. Les beys d’Alger dont le célèbre Barberousse se maintenaient par le fouet, la ruse et le trafic. Ceux de Constantine se vantaient pendant leur règne d’avoir fait trancher 12.000 têtes… Pendant des siècles, ils infesteront la Méditerranée de leur piraterie, arraisonnant les navires marchands, opérant des razzias sur les côtes européennes, pillant, détruisant et emmenant les populations, hommes, femmes et enfants en esclavage. Au 16e siècle, 30.000 esclaves chrétiens étaient maintenus enchaînés à Alger.

Une population multipliée par 12 en 130 ans

En débarquant à Sidi Ferruch en 1830, la France a chassé le colonisateur ottoman, détruit les repaires de pirates, libéré les esclaves, affranchi de son joug les tribus berbères et arabes. La population musulmane n’excédait pas 1 million d’habitants, vivant dans le dénuement, le manque d’eau potable, les maladies endémiques issues de marais putrides.

130 ans plus tard, elle avait bondi à 12 millions…

Entre-temps, les services de santé militaires avaient ouvert des centres de soins à la population civile et consultaient gratuitement. Ses médecins et ses infirmiers soignèrent et vaccinèrent les populations, faisant reculer la mortalité infantile. Par la suite, nombre de médecins en profession libérale consacreront d’ailleurs un jour par semaine à soigner gratuitement les populations indigènes dans les dispensaires. A partir du lendemain du second conflit mondial, 250.000 naissances annuelles étaient comptabilisées en Algérie, soit un accroissement de 2,5 à 3% de la population, d’où un doublement tous les 25 ans. A ce propos, relisons René Sédillot : « La colonisation française a poussé l’ingénuité – ou la maladresse – jusqu’à favoriser de son mieux les naissances : non seulement par le jeu des allocations familiales, mais aussi par la création d’établissements hospitaliers destinés à combattre la stérilité des femmes. Ainsi, les musulmanes, lorsqu’elles redoutaient d’être répudiées par leurs maris, faute de leur avoir donné des enfants, trouvaient en des centres d’accueil dotés des moyens les plus modernes tout le secours nécessaire pour accéder à la dignité maternelle… » (L’histoire n’a pas de sens, Paris, 1965, page 71).

Alors, pourquoi une population multipliée par douze en 130 ans ?

La naissance d’un pays

– Parce que, entre-temps, la France avait unifié les tribus, tracé des frontières, créé une administration, drainé et asséché les marécages, fertilisé des terres majoritairement à l’abandon depuis des siècles, domestiqué les oueds, constitué des réserves d’eau, créé un réseau d’irrigation, stabilisé les sols, alimenté en eau potable la plupart des villes et villages, grâce à la construction de 12 barrages.

– Parce qu’elle avait fait passer une agriculture moyennâgeuse au rang d’industrie riche, prospère et exportatrice, telle que la plaine de la Mitidja, devenue le grenier à fruits et à légumes de l’Algérie.

– Parce qu’elle a créé des infrastructures : 70.000 km de routes ; 4.300 km de voies ferrées ; une dizaine de ports dont quatre équipés aux normes internationales ; deux aéroports internationaux et une douzaine d’aérodromes principaux ; des centaines d’ouvrages d’art, ponts, tunnels, viaducs, phares ; 31 centrales hydroélectriques ou thermiques ; une centaine d’industries importantes dans les secteurs de la construction, de la métallurgie, de la cimenterie ; des bureaux de poste dans tout le pays.

– Parce qu’elle a éduqué les populations grâce à des milliers d’écoles, d’instituts de formations, de lycées, d’universités. Dès l’année 1848, et alors que la conquête de l’Algérie était loin d’être achevée, 16.000 enfants en  majorité musulmans étaient scolarisés. Et en 1960, 800.000 étaient éduqués par 17.000 instituteurs. Ce qui a fait dire à l’écrivain kabyle Belkacem Ibazizen : « La scolarisation française a fait faire aux arabes un bond de 1.000 ans ».

– Parce qu’elle soignait. En 1962, il y avait en Algérie : un hôpital universitaire de 2.000 lits à Alger, trois grands hôpitaux de chefs-lieux à Alger, Oran et Constantine, 14 hôpitaux spécialisés et 112 hôpitaux polyvalents, soit le chiffre exceptionnel d’un lit pour 300 habitants.

– Parce qu’elle a administré le territoire en érigeant des milliers de bâtiments administratifs.

– Parce qu’elle a offert à l’Algérie, qui ne l’avait jamais possédé, le Sahara. Au fond duquel elle a découvert et mis en exploitation les prodigieuses sources d’énergie qui font aujourd’hui sa richesse.

– Parce qu’elle a respecté la religion musulmane, ce que n’avaient pas fait les envahisseurs arabes, forçant les berbères chrétiens à s’islamiser pour ne pas être tués.

En remettant les clés de l’Algérie à ses nouveaux dirigeants le jour de l’indépendance, la France leur a offert le second pays le plus moderne d’Afrique, après l’Afrique du Sud. Elle leur a offert des caisses pleines puisque, ce que la plupart des métropolitains ignorent, les comptes bancaires et l’épargne des caisses de retraite des pied-noirs ont été transférés aux nouvelles autorités, dans la plus stricte illégalité. Elle leur a offert la rente florissante du pétrole et du gaz. Elle leur a enfin offert des accords de coopération gratuite pour continuer à instruire et former les élites du pays, améliorer l’aménagement du territoire, moderniser le secteur public.

Ces faits avérés font l’objet d’un total consensus entre les historiens des deux rives de la Méditerranée.

« Crime contre l’humanité », un mensonge historique

Alors, assimiler la colonisation française en Algérie à un « crime contre l’humanité », concept forgé au procès de Nuremberg pour qualifier les exactions des nazis, est juridiquement erroné, historiquement mensonger, moralement insoutenable et politiquement scandaleux. D’ailleurs, Pierre Vidal-Naquet, pourtant militant de la décolonisation et « porteur de valises » assumé du FLN écrivait à ce sujet :
« Assimiler peu ou prou le système colonial à une anticipation du 3e Reich est une entreprise idéologique frauduleuse (…). En histoire, il est dangereux de tout mélanger. Un sottisier peut-il tenir lieu d’œuvre de réflexion ? (…) Le contexte social, économique et politique actuel est encore fécond qui continuera à générer de telles tonitruances idéologiques à vocation surtout médiatique ». Et j’ajouterai électoraliste. Car dans un pays où le communautarisme est tapi en embuscade, un candidat qui brigue la magistrature suprême eût été mieux inspiré de mettre davantage d’huile dans les rouages que sur le feu. Et de ne pas offrir de gages à un autre pays dont le pouvoir est prêt à instrumentaliser toute repentance pour obtenir plus de privilèges diplomatiques ou financiers.

Pardon à toutes les victimes

Car il est vrai que la colonisation a aussi connu son lot d’excès, d’humiliations de petits blancs, de comportements de racisme ordinaire, de tortures, de massacres comme à Sétif en 1945. Et pour cela, en tant que Français, je demande personnellement pardon à toutes ces victimes.

Mais je demande aussi pardon à toutes les victimes collatérales d’une indépendance bâclée dont nous aurions pu faire l’économie. Comme l’ont fait les anglais en Rhodésie par une transition en douceur vers l’indépendance, étalée sur plusieurs années. Nous serions probablement arrivés à des relations aussi pacifiées qu’avec le Maroc aujourd’hui.

Pardon au million de pied-noirs qui ont tout abandonné et fui le pays pour ne pas être égorgés. Pardon aux 150.000 harkis abandonnés, sauvagement torturés puis assassinés. Pardon aux milliers de pied-noirs tués ou disparus à Oran le 5 juillet 1962 sous les yeux de l’armée française, cantonnée dans ses casernes sur ordre du Président de la République. Pardon aux 200.000 algériens tués ensuite pour avoir refusé le parti unique du FLN.

Et je laisse aux dirigeants algériens d’hier et d’aujourd’hui, le soin de demander pardon à leur peuple. Pardon de s’être transformés en rentiers de l’indépendance ; d’avoir confisqué la manne du pétrole à leur seul profit, envoyant leurs enfants dans les écoles américaines et leur argent sur des comptes en Suisse ; d’avoir gelé les acquis de la colonisation en laissant les infrastructures s’écrouler faute d’entretien, les exploitations agricoles prospères se transformer en friches ; d’avoir laissé la condition de leurs femmes régresser lentement ; de n’avoir offert à leur jeunesse que la perspective de la misère ou de l’exil. Et d’avoir dissimulé leur incurie en invoquant l’héritage de la colonisation que les faits, têtus, s’évertuent à contredire.

Un débat indispensable pour tourner enfin la page.

Alors oui, au-delà de vos évidentes visées électoralistes, merci Monsieur Macron d’avoir suscité cette controverse dont vous vous seriez probablement bien passé. Comme un nécessaire travail de psychanalyse permet à un individu de faire revenir au niveau conscient les traumatismes enfouis, les non-dits qui le rongent, les fantasmes qui le trompent, la France ne doit plus faire l’économie de ce débat collectif.

Les plaies non refermées de la guerre d’Algérie sont un poison pour les cœurs et entretiennent un blocage durable de la société française. Elles nourrissent une rancœur et une nostalgie à l’extrême droite, tandis qu’elles entravent l’intégration des Français issus des anciennes colonies.

La France est encore malade de son passé. Elle doit parvenir à lire cette page avant de la tourner.

 

« La France n’a pas colonisé l’Algérie, elle l’a fondée »   (Ferrat Abbas, leader nationaliste devenu le premier chef de l’état algérien en 1962 )

 

Bernard Deloupy, février 2017

 

En savoir plus :

« Algérie, l’histoire à l’endroit » par Bernard Lugan, historien africaniste

Pour le commander :     http://bernardlugan.blogspot.fr/2017/02/nouveau-livre-de-bernard-lugan-algerie.html

 

Élection présidentielle : ce que les médias ne vous diront jamais !

Elections présidentielles

©Nullplus-Shutterstock

Élection présidentielle : ce que les médias ne vous diront jamais !

Plus d’un million brut d’euros distribué en famille, vraisemblablement sans contrepartie de labeur, comme un vulgaire argent de poche versé à son insu par le contribuable… Et pourtant, si ce hold-up est moralement indéfendable, il est tout à fait légal. Une pratique qui se révèle commune à tout le microcosme politique. Car il y a fort à parier que la plupart des autres élus s’y sont allègrement adonnés de leur côté, dans le silence hypocrite des principaux médias. Alors, au-delà de l’évidente suspicion de lynchage médiatique lancé par des sympathisants du camp concurrent à quelques mois de l’élection, l’affaire Fillon est une poussée de fièvre médiatique qui révèle un mal beaucoup plus profond rongeant notre démocratie : Le système électoral. Pourquoi ?

Oublions un instant l’écran de fumée de la compétition des candidats en lice, faisons un pas de côté et analysons ce que cache le battage médiatique dont bénéficie l’élection présidentielle. Durant les prochains mois, on va nous servir jusqu’à la nausée la bouillie indigeste de fausses promesses  qui ne seront pas tenues, de programmes qui ne seront pas appliqués et d’effets de rhétorique qui ne convaincront que les clients des tribuns qui sollicitent nos suffrages. Tout cela au nom du sacro-saint exercice de démocratie que constitue l’élection au suffrage universel du premier magistrat de France.

Démocratie ? Voire. Tordons le cou une fois pour toutes au mythe qui nous aliène : En 1789, les pères fondateurs de la république française, bourgeois nourris de l’esprit du Siècle des Lumières, ont accompli une révolution. Un concept savoureux issu de l’astronomie, qui qualifie ainsi la course de la Terre autour du Soleil, c’est-à-dire un mouvement périodique qui revient à son point de départ… En effet, les constituants de 1789 se sont empressés d’enfiler les chaussons des aristocrates qu’ils avaient raccourcis. En créant le système de démocratie représentative basé sur l’élection de nos représentants – actuellement nos députés, sénateurs et Président de la République – ils ont donné à nos ancêtres l’illusion de prendre leur vie en mains.

Nous avons simplement changé de princes…

Les nouveaux aristocrates ont détourné le système électoral à leur profit

De fait, la vertueuse classe politique française censée nous représenter n’a eu de cesse que de se mettre à l’abri de nouveaux privilèges, tous plus indécents les uns que les autres. Avant de commencer à s’occuper du pays, et avec une touchante unanimité, nos parlementaires se sont auto-votés un régime en or, exorbitant au droit commun. Espérons que le PenelopeGate soit la goutte d’eau qui mette enfin le feu aux poudres et que l’exaspération des citoyens face à ce nouveau scandale ne retombe pas encore comme un soufflé.

  • Pour les députés : Indemnités de base, de logement, de fonction, de frais de mandat non imposables et sans avoir à fournir de justificatifs ! soit un véritable argent de poche ; supplément familial, cumul avec les indemnités d’autres mandats, rémunération et primes des collaborateurs, déplacements gratuits, prise en charge de tous leurs frais de bureaux sans justifier de leur contenu, généreuse enveloppe de parc informatique, restauration, double cotisation de retraite, allocation-chômage très avantageuse, Fonds de sécurité sociale spécifique, système de retraite propre abondé par un budget de l’Assemblé nationale …Puis d’autres avantages, plus ou moins secrets, encadrés et contrôlés, comme une « réserve parlementaire », dispositif particulièrement opaque dont le montant, l’utilisation et le contrôle sont partiellement flous. A quoi s’ajoutent des possibilités d’attribution de subventions à taux préférentiel. Et le tout, sans parler des facilités faites aux hauts fonctionnaires élus qui peuvent retrouver leurs corps d’origine à l’issue de leur mandat sans perdre leur droit à l’avancement, puis cumuler leurs retraites sans écrêtement.Bref, le budget de l’Assemblée nationale dépasse allègrement les 540 millions d’euros, soit l’équivalent du budget annuel consacré en France au sport, à la jeunesse et à la vie associative !
  • Pour les sénateurs qui, rappelons-le, ne sont pas élus par les électeurs, mais par les autres élus…, se rajoutent d’autres privilèges exorbitants : Des rémunérations encore beaucoup plus confortables et, au cas où ils ne soient plus réélus, des cotisations de retraite doublées , le train gratuit à vie et l’avion à 50%, ainsi que l’accès à vie au restaurant, à la buvette et au tabac gratuits du Palais du Luxembourg, l’un des clubs les plus sélects de Paris. François de Closet dans son ouvrage « toujours plus ! » citait même l’existence de primes d’allumage de réverbère et de nettoyage de pourpoints pour contrôle des égoûts qui dataient de… Philippe Le Bel ! Ancien Régime, pas mort, on vous dit. D’ailleurs, pourquoi se priver ? Serge Dassault, un sénateur qui a piétiné toutes les lois qu’il a votées sur le thème de la fiscalité en ayant omis de déclarer au fisc plusieurs dizaines de millions d’euros, vient d’être condamné à deux millions d’euros d’amende pour blanchiment de fraude fiscale et cinq ans d’inéligibilité, mais conserve son siège au Palais du Luxembourg, l’appel étant suspensif…
  • Enfin, le Président de la République n’est pas en reste. Si le fonctionnement de l’Élysée coûte déjà 100 millions d’euros par an, il se console en le quittant lorsque nous lui signifions son congé grâce à un traitement à vie, et des frais de bureaux et de sécurité qui coûtent encore au contribuable dix millions d’euros par an pour les trois présidents actuels.

La nuit du 4 Août 1789, les députés de l’Assemblée Constituante avaient voté l’abolition des privilèges féodaux. Visiblement, ils ont oublié d’en faire promulguer le décret d’application…

Ainsi, nous n’avons pas hérité du droit de choisir nos dirigeants, mais simplement de désigner nos nouveaux maîtres parmi ceux qu’une corporation au-dessus des lois s’est arrogée le pouvoir de choisir.

Ils sont les aristocrates des temps modernes. Nos petits marquis ont troqué le carrosse pour la limousine de fonction et la perruque poudrée pour le costume-cravate. Mais les ors des palais nationaux, les huissiers à chaîne et les privilèges sont identiques.

Et pourtant, curieusement, moins ils ont de travail, plus ils sont nombreux. Plus de 95% du budget de la France est déjà consacré au respect de nos engagements internationaux – CEE, OMC, ONU, OTAN, traités bilatéraux – et au remboursement de la dette. La marge de manœuvre de nos dirigeants et leur capacité d’influer sur notre destin se sont donc réduites comme une peau de chagrin. De plus, les compétences législatives et réglementaires ont été largement transférées à l’Europe. Et pourtant, rapporté au nombre d’habitants, nous comptons 6 fois plus de parlementaires que l’Allemagne et 10 fois plus que les Etats-Unis.

Cette pléthore de représentants nous permettrait-elle pour autant d’être mieux gouvernés ? Que nenni ! La réponse, sans appel, c’est l’OCDE qui vient de nous l’apporter : 57% du Produit Intérieur Brut de la France est grevé par les dépenses publiques ! soit 13% de plus que l’Allemagne, qui évolue dans la même zone euro, a dû digérer le coût de la réunification et où règne le plein-emploi. En cause ? Nos élus qui se sont partagés le pouvoir depuis soixante ans se sont avérés de piètres gestionnaires. Davantage mus par le désir de s’accrocher au pouvoir que par le courage de mener les réformes nécessaires que le pays exige, ils se sont contentés de réescompter la traite et de creuser le déficit.

Autrement dit, qui paie en fin de mois les traitements de nos policiers, de nos enseignants et de nos infirmières ? Les fonds de pension étrangers qui achètent notre dette, c’est-à-dire les économies des fermiers du Middle-West et des employés de bureau de New-York !

Et à qui ces derniers présenteront-ils la facture un jour ? A nous, citoyens. Ou pire à nos enfants qui nous en voudront alors, à juste titre, d’avoir vécu à crédit sur leur dos !

Hold-up électoral et déni démocratique

La gamelle est bonne et les ors du pouvoir séduisants. Conséquence : au lieu d’agir en locataires de leur mandat, nos élus nationaux s’en considèrent majoritairement propriétaires et plantent donc des barrières autour de leur pré carré.

Tous les moyens sont bons : Institution d’un suffrage majoritaire à deux tours, invention des partis qui ne sont que des machines à élire, tripatouillage des découpages de circonscriptions électorales à la veille des échéances, cumul effectif des mandats, possibilités de renouvellement, impunité judiciaire, et maintenant escroquerie des primaires où même les électeurs d’un autre camp peuvent s’exprimer.

Et surtout, l’ultime confiscation démocratique : l’assimilation des votes blancs à des abstentions. Il ne faudrait surtout pas que la désaffection des électeurs pour la classe politique tout entière apparaisse au grand jour…

Cette farce aboutit à ne nous laisser que l’alternative de choisir entre deux écuries.

Cliver les Français en deux, quelle meilleure façon de « diviser pour régner », comme le prévoyait Machiavel, le premier politologue enseigné à l’ENA ? La gifle la plus manifeste à la démocratie est la représentation parlementaire du FN : le premier parti de France avec 28% des suffrages exprimés aux régionales 2015 ne dispose que de 0,5% des sièges au Sénat (2 sur 348) et 0,3% à l’Assemblée Nationale (2 sur 577). Une imposture flagrante qui attise les braises. Soyons clairs : Je n’ai jamais voté Front National, mais je rejoins ici Voltaire : « Je ne suis pas d’accord avec tout ce que vous dites, mais je ferai tout pour que vous ayez le droit de le dire ».

Coup d’état permanent ou dictature insidieuse ?

Et ces bénéficiaires d’une alternance artificielle, jamais inquiétés par les rapports pourtant remarquables de la Cour des Comptes ou la farce de la Haute Cour de Justice censée juger leurs turpitudes, ont prévu une cerise sur le gâteau qu’ils se partagent :

Le pré-requis du parrainage de signatures d’élus nécessaires pour pouvoir se déclarer officiellement candidat à la présidentielle.

Lorsque j’étais nourrisson, un homme pouvait monter sur un tonneau dans une rue parisienne, haranguer les passants et briguer nos suffrages.  Institué par la Vème République, cette règle a été dopée avec la candidature de Coluche. Lorsque l’humoriste préféré des français a atteint 15% d’intentions de vote, l’oligarchie en place s’est empressée de monter le nombre des signatures à 150. Et elle l’a encore monté depuis pour atteindre 500, comme autant de barrières à l’intrusion d’électrons libres dans le cénacle, privant ainsi les citoyens de leur capacité de choix.

Si au moins ces élus étaient socialement représentatifs de l’électorat…

Mais c’est loin d’être le cas. Les fonctionnaires y sont sur-représentés à l’excès, protégés, en cas de défaite,  par la capacité de retour dans leur corps d’origine en ayant conservé leurs avantages. On y cherchera en vain un pourcentage significatif de professions libérales, de cadres, d’employés, de travailleurs indépendants, d’ouvriers, de paysans, de femmes au foyer, de patrons de très petites entreprises, voire de chômeurs malgré eux pour qu’elle soit un échantillon réel de la représentation nationale. Leurs privilèges et les courtisans qui se disputent leurs faveurs les coupent et les éloignent de ceux dont ils sont supposés défendre les interêts : Toute cette France qui se lève tôt, connaît le prix d’un ticket de métro, sait gérer un budget équilibré, satisfaire un client, a connu au moins une injonction de payer du RSI et tremble pour l’avenir de ses enfants…

Enfin, nous subissons la double peine. Pour nous donner l’illusion de leur nécessité, l’oligarchie ne cesse de légiférer et de réglementer, ajoutant ainsi  à un mille-feuilles administratif pléthorique et indigeste, sans rien supprimer. Et entravant chaque jour davantage la vie des seuls créateurs de valeur ajoutée, les entrepreneurs.

Si au moins les politiciens, candidats à la présidentielle qui s’annonce, jouaient leur véritable rôle, comme les rétheurs athéniens qui les ont précédés il y a 2500 ans… S’ils nous inspiraient, nous faisaient rêver, nous insufflaient des valeurs, nous faisaient vibrer pour un projet qui nous dépasse…

Las, lors de ces débats télévisés interminables, je n’entends que des épiciers rances, des boutiquiers inodores, des batailles de chiffres insipides et des saupoudrages de promesses pathétiques.

J’attendais Victor Hugo, je n’ai eu droit qu’à Guy des cars…

Attention, danger de fronde

Moralité, le citoyen se sent dépossédé de son principal acquis démocratique : la liberté de choisir ses représentants. Quand il en est réduit à devoir voter contre et non pas pour un candidat, il se demande pourquoi ses ancêtres se sont fait tuer sur des barricades.

Alors quand, par le jeu des abstentions, un candidat n’est plus élu que par 12% de la population en moyenne, ou qu’un Président de la République dégringole à 3% des suffrages, la légitimité issue des urnes vole en éclat. Ce n’est plus du désamour, c’est de la désillusion. Et ce pouvoir des urnes confisqué, cette parole qui a été ôtée au peuple est grosse de dérives, sur le mode du « Un pour tous, tous pourris ». Comme un fleuve trop endigué, l’énergie des électeurs risque de déborder. Si la masse des citoyens n’était pas contrainte par les impératifs économique de joindre les deux bouts à la fin du mois, les initiatives des manifestations-fleuves, des « bonnets rouges », des « indignés », des « insoumis » et autres « nuits debout » auraient dégénéré depuis longtemps. 90% des citoyens interrogés en Europe pensent que ça ne va pas durer. Et face à cette tragédie annoncée, cette mécanique à générer du malheur qu’est le mode de scrutin actuel, la caste qui nous dirige fait comme si rien n’était, accrochée le plus longtemps possible à ses privilèges.

La bonne nouvelle, c’est qu’il existe des solutions douces !

La vraie démocratie ne peut être que directe

« En chérissant le système électoral actuel, nous adorons comme une vache sacrée la cause première des conséquences que nous déplorons, celles de notre impuissance politique » prévient Étienne Chouard, professeur d’économie, blogueur très influent et fondateur des « ateliers constituants ». Sa thèse suscite les polémiques, mais elle a le mérite de proposer une alternative et il est regrettable, voire suspect, que les médias « mainstream » ne l’invitent pas davantage à l’exprimer pour engager un salutaire débat contradictoire. Laissant à Internet le rôle de seul espace de véritable débat démocratique.

A ses yeux, la démocratie représentative est un oxymore, une figure de style qui rapproche deux termes inconciliables. Et tous les historiens et les politologues s’accorderaient à dire que la seule procédure réellement démocratique est le tirage au sort. Il appelle donc à remplacer le système électoral actuel par la formation d’une assemblée constituante tirée au sort, dont le but serait de rédiger une constitution alternative.

Ainsi que le montre le magnifique film « Demain » de Mélanie Laurent et Cyril Dion, le peuple islandais l’a mis en œuvre, après avoir poussé pacifiquement à la démission son Premier Ministre et le Président de la Banque centrale.

Sentant monter l’exaspération citoyenne, le candidat Jean-Luc Mélenchon reprend à son compte ce principe d’une VIe république. Mais je n’arrive pas à croire aux accents de sincérité de ce roi de l’opportunisme démagogique. Son statut-même de sénateur, louvoyant par essence dans le confort du marigot politique, le décrédibilise déjà.

L’idée de Chouard est que chaque citoyen désigne librement trois personnes de son entourage, qu’il estime dignes de le représenter. Ceci aboutirait à un collège d’un ou deux millions de personnes parmi lesquelles serait effectué un tirage au sort.

Ensuite, un certain nombre de mesures électorales pourraient être intégrées :  Casier judiciaire vierge pour les candidats, vote obligatoire pris sur le temps de travail, avec carotte et bâton, inéligibilité à vie pour les élus condamnés, non-cumul réel des mandats à la place de la farce actuelle, vote blanc comptant comme un vrai vote avec possibilité d’éviction des candidats, non-renouvellement d’un mandat pour faciliter la rotation des charges et un apport de sang neuf dans la classe politique, démission des fonctionnaires de leur corps d’origine lorsqu’ils sont élus, alignement complet sur le droit commun du chômage et des retraites, interdiction des parachutages dans les élections locales et régionales, exigence de réelle transparence dans la gestion avec des pouvoirs réels donnés aux rapports de la Cour des Comptes etc…

Le contrôle des dirigeants ne peut être que citoyen

« Tout homme qui a du pouvoir est porté à en abuser » énonçait Montesquieu dans son premier article de « L’esprit des lois ». On ne peut déléguer la surveillance des règles à ceux qui les édictent, c’est une simple question de bon sens. Il appartient donc aux citoyens, et à eux seuls, de prévoir les garde-fous et d’exercer le contrôle de leurs représentants. Avec reddition des comptes pendant et après un mandat, assortie d’une possibilité de punir. Au nom de quoi ce qui est exigé d’un entrepreneur ou d’un chef de famille ne le serait plus de nos représentants ?

L’exemple n’est pas la meilleure façon d’être respecté. C’est la seule.

Ils nous ont enterrés, mais nous sommes des graines

Avez vous remarqué que plus les citoyens se désintéressent des élections, plus les médias mainstream y consacrent de temps ? Comme s’ils se raccrochaient désespérément à un système auquel ils participent… Combien de micros sont-ils tendus aux candidats isolés ? Combien de caméras fixent-elles les innombrables initiatives citoyennes sur la réforme du système électoral ? Foisonnantes, parfois brouillonnes, souvent utopiques,  toujours isolées mais pleines de bonne volonté, elles restent inaudibles, faute de couverture médiatique. Alors que les candidats issus du sérail nous abreuvent à longueur de colonnes et de temps d’antennes de leurs discours ressassés, nourris par une dialectique éventée, peinant à dissimuler leur Ego sous des accents d’altérité bien peu convaincants. La fracture avec la société 3.0 est criante. Empruntant ses codes et ses canaux d’information à la génération Y, elle est agile, réactive, ouverte sur le monde, informée, davantage intéressée par demain que par hier, critique par essence, incrédule par nécessité, iconoclaste par pragmatisme. Et elle range au rayon des antiquités ceux qui lui apparaissent comme d’étranges fossiles…

L’heure est pourtant grave : Plusieurs échéances électorales majeures auront lieu en Europe en 2017. Et les leaders populistes surfent sur la vague du mécontentement des citoyens dépossédés de leur droit de vote par une oligarchie de privilégiés.

Heureusement, grâce à ce salutaire espace de liberté qu’est Internet, nous avons le pouvoir de nous regrouper et de faire pression sur les candidats à l’élection présidentielle pour qu’ils s’engagent à organiser dès leur arrivée au pouvoir  un  référendum d’initiative citoyenne sur ce sujet au cœur de notre vie. Alors, aux armes (pacifiques), citoyens !

« On ne résout pas les problèmes avec les modes de pensée qui les ont engendrés » disait Einstein. Ne cherchons pas pour autant à combattre ce Mal de façon frontale, cela n’aboutirait qu’à le nourrir et le renforcer. Soyons simplement lucides et créatifs pour imaginer dans la joie des solutions nouvelles en vue d’un avenir meilleur.

Bernard Deloupy, Février 2017

En savoir plus sur l’initiative citoyenne « Convention pour la 6e République »

La fin du tout nucléaire ?

Déchets nucléaires

Avec un tiers de nos centrales à l’arrêt, la prise de conscience du “tout nucléaire” devrait s’accentuer.

21 réacteurs sur les 58 que compte la France sont aujourd’hui à l’arrêt, soit plus d’un sur trois, laissant craindre un risque de pénurie d’électricité avec l’hiver qui s’annonce particulièrement froid. A cause d’une anomalie détectée sur une pièce fabriquée au Japon, le générateur de vapeur, dont l’acier serait fragilisé par un excès de carbone, l’Autorité de Sûreté Nucléaire  a exigé d’effectuer des contrôles rapides sur les centrales, arrêtant la production du tiers du parc. D’après EDF, les contrôles devraient être terminés à la fin de l’année. Il n’empêche. Le risque de manquer d’électricité n’est qu’un symptôme d’un mal beaucoup plus profond. L’alerte est sérieuse et se rappelle à notre mauvais souvenir de Tchernobyl et Fukushima…

La France a fait le pari risqué d’investir dans le tout-nucléaire. Cette vision à court terme a siphonné les investissements en faveur des énergies renouvelables comme le solaire ou l’éolien et nous a fait prendre un retard considérable dans notre indispensable autonomie énergétique. Et le fait qu’EDF se soit lancé dans des achats hasardeux en rachetant des sociétés d’électricité à l’étranger avec les fonds provisionnés pour rénover nos centrales n’est pas de nature à nous rassurer…

Cependant, le risque le plus sournois n’est pas une éventuelle fuite, voire une explosion. C’est le retraitement de tous ces déchets accumulés. La poussière qu’on dissimule soigneusement sous le tapis pendant qu’on amuse les citoyens avec des émissions de télé-réalité trash…  Les scientifiques aux ordres essaient bien de noyer le poisson avec des jargons complexes. Alors, on va se la jouer brève : Les cendres du combustible nucléaire, produits de fission, résidus de plutanium, d’uranium et autres joyeusetés, se séparent grosso-modo en deux familles : des isotopes « à haute activité », extrêmement radioactifs mais dont la vie est relativement courte. Et des déchets à vie longue dont l’activité est nécessairement moindre mais qui émettent pendant plusieurs siècles ou plusieurs millions d’années des rayonnements ionisants. Alors nos têtes d’oeufs ont envisagé de les enfouir. Pardon, de les “confiner dans des zones de stockage en couche géologique profonde”.  Cela consiste à les conditionner dans des containers en inox, eux même coulés dans des containers en béton, puis placés dans des alvéoles creusées dans des galeries à 500 mètres sous terre, entourées de couches d’argile. On  les place ainsi dans une formation géologique que l’on espère stable en interposant des barrières naturelles et artificielles entre les déchets et l’environnement. Mais ce mode de gestion ne repose que sur l’HYPOTHÈSE  que la rétention des déchets peut atteindre une durée suffisante pour assurer leur décroissance radioactive.

Bref, nous savourons notre confort de vie en espérant que nos descendants auront découvert entre-temps comment nettoyer nos poubelles. Et s’ils ne trouvent pas ? Après nous le déluge. Et toi, hypocrite lecteur, mon frère, qu’en penses-tu ?

Cette actualité rend étonnamment prémonitoire mon roman policier paru en 2007, Pardonnez-leur, car ils ne savent pas ce qu’ils font (SOS déchets nucléaires). A travers mes polars réalistes où action, suspense, humour et sensualité font bon ménage, je cherche à distraire mes lecteurs tout en  éveillant leur conscience sur de lourdes problématiques de société. Personne n’a envie d’éprouver de la culpabilité en lisant des articles scientifiques ennuyeux. Alors, c’est la façon détournée que j’ai trouvée de contribuer  à protéger la planète et l’humanité.

Bernard Deloupy, décembre 2016

Surpopulation : le tabou du siècle risque de provoquer notre effondrement

surpopulation_2paulwong

Crédit photo : Paul Wong

Surpopulation : le tabou du siècle risque de provoquer notre effondrement

Naufrage de leurs embarcations surchargées en Méditerranée, évacuation de la jungle de Calais, Brexit, le drame des migrants n’en finit plus de faire l’actualité des pays européens.

Et ce n’est qu’un début.

Les violentes protestations qui viennent de suivre la saisie d’un hôtel par le gouvernement italien pour y installer des immigrés donne un avant-goût des troubles à venir. Une fuite révèle que le ministère de l’Intérieur de nos cousins transalpins étudierait sérieusement de réquisitionner gratuitement les logements vacants et résidences secondaires inoccupées pour y installer les immigrés clandestins. Et il y a fort à parier que tous les gouvernements européens réfléchissent en secret à de telles mesures face à l’afflux des réfugiés.

Cette nouvelle donne pourrait être de nature à faire basculer la société occidentale déjà en proie à de fortes convulsions face aux flux d’immigrés légaux. On l’a vu avec la difficulté d’Angela Merkel à faire accepter ses généreuses mesures par le peuple allemand, la montée des populismes en Hongrie et aux Etats-Unis sur ce sujet, la crainte exprimée par les britanniques en se retirant d’une Europe jugée trop laxiste…

Naturellement, notre cœur nous commande à court terme de soulager nos frères humains qui vivent un exil effroyable. Mais parallèlement, on ne pourra pas faire l’économie d’aborder une problématique longtemps poussée sous le tapis : celle de la surpopulation.

Le tabou ultime. Celui qu’aucun dirigeant n’ose évoquer, car refuser à une femme le droit de procréer est la mesure la plus insupportable qui puisse être puisque toute sa biologie la programme en ce sens.

Le constat est pourtant sans appel. Depuis que je suis venu au monde, la population mondiale est passée de 2 à 7 milliards d’habitants et les prévisions spéculent sur 9 milliards à l’horizon 2050. Ce qui excèderait la limite écologique de la planète à supporter les agressions que l’humanité lui fait subir. Par ailleurs, l’essentiel de cette croissance aura lieu dans les pays les plus pauvres de la planète et dont les populations viennent échouer dans des mégalopoles déjà saturées. Aux risques de conflits sanglants pour la nourriture et l’eau s’ajoutent des pandémies dues à cette effroyable promiscuité. Le choléra et la peste, deux fléaux que l’on avait cru éradiqués, ressurgissent.

En étudiant divers scénarios prévisionnels, le Club de Rome démontre que la croissance démographique entraînera inéluctablement le déclenchement de rétroactions négatives, jusqu’au risque d’un effondrement. Afin d’éviter que la Nature régule elle-même le système avec des méthodes beaucoup plus expéditives, l’éternel trio famines-épidémies-guerres, l’ONU a financé de vastes campagnes de limitation des naissances en Afrique et en Inde. Elles se sont soldées par des échecs, de même que la politique de l’enfant unique en Chine. Sans compter que ces pratiques ont favorisé la suppression à grande échelle des naissances de filles. Les femmes manquent aujourd’hui cruellement en Chine et dans certaines régions d’Inde, il y a sept fois plus d’hommes que de femmes. Après les migrants politiques, économiques, climatiques, puis conflictuels, arriveront les migrants sexuels.

Bref, nous n’en finissons pas de jouer les apprentis sorciers. Les animaux savent autoréguler leur population en fonction des ressources de leur environnement et nous n’avons pas cette sagesse.

Le philosophe Michel Onfray remarque : «  Si un démographe travaille sur les taux de fécondité, il n’a pas encore produit un seul chiffre qu’il est déjà suspect de racisme. Nombre de questions sont désormais devenues impossibles à poser. Comment dès lors pourrait-on les résoudre ? Interdire une question, c’est empêcher sa réponse » Alors, ayons le courage de faire sauter le tabou et ouvrons le débat.

Ainsi, paru en 2011, mon ouvrage Croissez et remplissez la Terre (SOS surpopulation) n’a jamais été autant d’actualité. Mon souhait le plus cher est ainsi de contribuer, à travers ces romans policiers que je souhaite distrayants, à éveiller les consciences de mes contemporains sur des problématiques dont les conséquences prévisibles sont édifiantes.

Ne comptons pas sur nos dirigeants pour porter leurs risques à la connaissance du public. « On ne résout pas les problèmes avec les modes de pensée qui les ont engendrés » disait Einstein. Ne cherchons pas pour autant à combattre ce Mal de façon frontale, cela n’aboutirait qu’à le nourrir et le renforcer.

Soyons simplement lucides et créatifs pour imaginer dans la joie des solutions nouvelles en vue d’un avenir meilleur.

Bernard Deloupy, Décembre 2016

 

Fraude fiscale : la grande évasion !

tirelire_paradis_fiscaux_bd

©motttive/Shutterstock

Fraude fiscale : La grande évasion !

Il y a quelques jours, Bercy a terminé son analyse des Panama Papers,  une longue enquête menée à la suite de fuites et publiée en avril dernier par  le Consortium international des journalistes d’investigation ( CIJ). Ces contribuables sont soupçonnés d’avoir dissimulé de l’argent dans des paradis fiscaux en ayant fait appel à des sociétés-écrans mises en place par un cabinet d’avocat panaméen. Résultat : l’administration française va procéder à 560 contrôles fiscaux concernant des contribuables dont les noms sont apparus dans cette affaire. Ils vont s’ajouter aux 724 déjà menés ces dernières années en provenance du Panama qui ont permis au fisc de récupérer 1,2 milliard d’euros d’impôts et de pénalités. Un chiffre qui donne déjà le tournis. Il permettrait de décupler les repas servis chaque hiver par les restaus du coeur !

Et pourtant, ce n’est que la partie émergée de l’iceberg…D’après les ONG qui se préoccupent des pertes d’argent public dues à l’évasion fiscale des multinationales américaines, rien que pour l’année 2012 – la dernière année pour laquelle les chiffres sont disponibles… –, entre 500 et 700 milliards de dollars de bénéfices de ces firmes ont échappé aux fiscs des différents pays où elles sont actives. Et ces dissimulations ne se limitent pas à d’exotiques républiques bananières, mais également à  des pays européens tout aussi fiscalement avantageux, comme la Suisse, les Pays-Bas, le Luxembourg et l’Irlande.

De courageux journalistes lèvent les lièvres

En 2001 déjà, la banque luxembourgeoise Clearstream était accusée par l’enquête de notre confrère le journaliste Denis Robert d’être une plate-forme mondiale de l’évasion fiscale et du blanchiment d’argent,. Plus de 60 procès ont été intentés à Denis Robert, ruinant sa vie et sa réputation. Au bout de 10 ans de procédure, la Cour française de cassation a reconnu la validité de sa démarche. Et Clearstream Banking n’a jamais été aussi prospère..

En 2014, le LuxLeaks, toujours mis en lumière grâce aux journalistes du CIJ,  révélait les pratiques d’évitement fiscal mises en œuvre par le  Grand-Duché du Luxembourg en faveur de 343 multinationales dont Apple, Amazon, Heinz, Pepsi, Ikea, Deutsche Bank, Disney ou Skype. Le Premier ministre de l’époque, Jean-Claude Juncker, fut sanctionné … en étant élu président de la Commission européenne ! Le seul volet judiciaire de ce scandale ne concerne que les trois personnes jugées en ce moment-même en appel par la justice luxembourgeoise pour avoir fait fuiter les documents ayant permis ces révélations…

Affaire UBS en Suisse, Offshore Leaks, China Leaks, listings d’HSBC, Football leaks, les scandales fiscaux éclatent, suivis de coups de mentons offensés de nos dirigeants, de droite comme de gauche, de déclarations fracassantes sur la mise à mort des listes noires des paradis fiscaux. Et ils se répètent inlassablement, ad nauseam, sans que les coupables soient sanctionnés.

Cerise sur le gâteau, courageusement levée par le journal en ligne Mediapart, l’affaire Cahuzac. Quand Jérôme Cahuzac, ancien Président de la Commission des finances et du contrôle budgétaire à l’Assemblée nationale, puis ministre délégué chargé du Budget – chargé de la lutte contre les fraudeurs ! – est convaincu de blanchiment et de fraude fiscale via des comptes en Suisse et sur l’île de Man, il finit par démissionner. Il vient d’être condamné  à trois ans de prison ferme et cinq ans d’inéligibilité pour fraude fiscale et blanchiment. C’est une excellente nouvelle pour la démocratie, bien qu’il ait à nouveau fallu que des journalistes mouillent leur chemise pour porter ce scandale au grand jour. Et même s’il est ressorti libre du tribunal pour avoir fait appel de la sentence et s’il n’a été condamné qu’à 5 ans d’inéligibilité ! Mais le Premier Ministre qui l’a choisi et le Président de la république qui l’a accepté dans son gouvernement ne seront pas inquiétés une seconde pour leur impéritie…”Responsables mais pas coupables”, selon la formule magnifique de Georgina Dufoix, Ministre des affaires sociales lors de l’affaire du sang contaminé.

Ainsi, paru en 2008, mon roman policier Et ils règneront pour les siècles des siècles  (SOS paradis fiscaux) n’a jamais été autant d’actualité… Triste  témoignage de la corruption au plus haut niveau des dirigeants du monde, ceux là même qui donnent des leçons de morale et de probité à leurs concitoyens.

Heureusement, à l’image des personnages vertueux de ma fiction, les lanceurs d’alerte sont de plus en plus nombreux à se lever dans le monde et à dénoncer cette hypocrisie qui accentue toujours davantage les déséquilibres entre citoyens du monde.

Mon souhait le plus cher est ainsi de contribuer, à travers ces romans policiers que je souhaite distrayants, à éveiller les consciences de mes contemporains sur des problématiques dont les conséquences prévisibles sont édifiantes.

Ne comptons pas sur nos dirigeants pour porter leurs risques à la connaissance du public. « On ne résout pas les problèmes avec les modes de pensée qui les ont engendrés » disait Einstein. Ne cherchons pas pour autant à combattre ce Mal de façon frontale, cela n’aboutirait qu’à le nourrir et le renforcer.

Soyons simplement lucides et créatifs pour imaginer dans la joie des solutions nouvelles en vue d’un avenir meilleur.

Bernard Deloupy, décembre 2016

 

Ils voulaient regarder les étoiles, pas les rejoindre

nice_negresco_deloupy

©jbor/Shutterstock

Ils voulaient regarder les étoiles, pas les rejoindre

Je suis un rescapé de l’attentat de Nice qui a fait 86 morts et 434 blessés.  Ce funeste 14 Juillet, je me trouvais sur la Promenade des anglais, comme des dizaines de milliers de mes frères humains. J’avais prévu d’assister, à l’issue du feu d’artifice, au concert de rock installé sur l’une des scènes musicales dans le cadre de la “Prom Party”. Celui-là même devant lequel plusieurs personnes ont été fauchées par ce maudit camion. Heureusement, mon frère et ma belle-soeur m’ont proposé au dernier moment d’assister à un autre concert sur une plage en contrebas.

 

Attentat de Nice : un traumatisme personnel et collectif

 

L’horreur de cette nuit tragique et ces scènes de cauchemar ont réactivé en moi des souvenirs d’enfance, engrammés au plus profond de ma mémoire. Ceux d’un gamin né en pleine guerre d’Algérie, à Oran. Un bout-de-chou de quatre ans qui se rend à l’école plié en deux derrière des sacs de sable hérissés de soldats armés. Qui saute, en une funeste marelle, par-dessus les flaques vertes de résidus de grenades lacrymogènes, suffocant, les yeux rougis. Dont les souvenirs auditifs ne sont que tirs de mitraillettes, explosions de plastic, klaxon des manifestations,  cris de panique, sanglots des adultes, you-you des femmes descendues du “village nègre” excitant les guerriers au combat et concert de casseroles scandant inlassablement la nuit sur l’air des lampions : “Algérie-fran-çaise”.

A l’époque, l’ennemi n’était pourtant pas islamiste. Les idéaux du FLN étaient d’ordre révolutionnaire, laïc, anticolonial, inspirés de l’idéologie marxiste des guerres de libération des peuples. Et ils ont bien davantage joué du clivage communautariste que religieux.

La véritable montée d’un islamisme radical date de 1978, lorsque la Russie a envahi l’Afghanistan. C’est la CIA qui a armé les talibans pour contrer les soviétiques. Elle encore qui a réitéré vingt ans plus tard en ex-Yougoslavie, en armant les islamistes kosovars contre les serbes orthodoxes. Elle a ouvert la boîte de Pandore qui a embrasé les Moyen et Proche Orients, l’Afrique noire, jusqu’à l’Indonésie. Enfin, l’Europe  et la France où ils viennent jusque dans nos bras égorger nos fils et nos compagnes.

Si l’on arrive à prendre de la hauteur par rapport à l’horreur du quotidien, on constate pourtant que les islamistes radicaux ne sont que des pions dont jouent les grandes puissances mondiales et régionales dans la gigantesque partie d’échec qui se livre pour la course à l’énergie, au pétrole et au gaz : Etats-Unis contre Russie, Arabie Saoudite contre Iran.

 

Comment extirper l’islamisme de France ?

 

La montée du terrorisme islamique en France est largement dûe à l’aveuglement de nos dirigeants successifs depuis la Ve République. Par vision à court-terme, angélisme, contrition mal comprise à l’égard de notre passé colonial, mauvaise conscience par ignorance, opportunisme politique cynique, gestion économique déplorable, stratégie urbaine défaillante, laxisme, démission patriotique. Et les premières victimes de leurs erreurs en sont les musulmans eux-mêmes, victimes dans l’inconscient collectif de l’amalgame et du délit de faciès. Pied-noir dont l’enfance a été traumatisée par une guerre civile,  je vois se reconstituer avec inquiétude les mêmes composantes. Alors, si l’on veut éviter de cristalliser les passions et de déclencher chez nous un nouveau choc des civilisations et une partition dans la violence, il nous appartient de prendre sans attendre les mesures qui s’imposent :

  • Favoriser les conditions de la croissance économique pour assécher le terreau actuel de l’islamisme qui est la pauvreté
  • Favoriser l’ascenseur social pour la population musulmane qui cherche majoritairement à s’intégrer à nos valeurs
  • Appliquer les principes de la laïcité dans l’espace public pour éviter de tomber dans les pièges rhétoriques tendus par les radicaux
  • Faire respecter l’égalité homme-femme que revendique notre constitution et la devise de la République
  • Appliquer une politique d’immigration contrôlée, comme le font à juste titre la quasi-totalité des pays occidentaux
  • Et surtout, exiger des autorités religieuses musulmanes, clergé, conseil représentatif et lettrés, qu’elles se déterminent clairement sur la lecture d’un Coran pacifique, afin d’ôter aux terroristes la possibilité de se réclamer d’un corpus théologique qui nourrit leur endoctrinement.

 

Un roman policier prémonitoire

 

L’un des quatre romans policiers que j’ai écrits, “Oeil pour oeil, dent pour dent” – SOS guerre de religions – s’est révélé étonnamment prémonitoire.

Publié en version papier en 2009 par un éditeur régional, Gilletta nice-matin, sous le titre « Crim’ sur la Côte », il est le troisième d’une saga de quatre romans policiers qui se sont vendus à 60.000 exemplaires sur les seuls départements français des Alpes-Maritimes et du Var.

Ce succès tient en partie au fait que les lieux, les organismes, les matériels utilisés, les chiffres, les rappels historiques et tous les éléments de l’intrigue pris isolément sont réels. La fiction du roman réside simplement dans la façon dont j’ai articulé des rencontres fictives entre ces univers distincts. L’important travail de recherches mené en amont est une courtoisie que je devais au lecteur pour faciliter son immersion dans une intrigue la plus vraisemblable possible.

Il a ainsi été rattrapé par l’actualité géopolitique.

Mon souhait le plus cher est de contribuer, par le biais d’un roman que je souhaite distrayant, à éveiller les consciences de mes contemporains sur des problématiques dont les conséquences prévisibles sont inquiétantes.

Ne cherchons pas pour autant à combattre ce Mal de façon frontale, cela n’aboutirait qu’à le nourrir et le renforcer. Soyons simplement lucides et créatifs pour imaginer dans la joie des solutions nouvelles en vue d’un avenir meilleur.

Disponible sur…

Crédit photo : ©jbor

Bernard Deloupy, novembre 2016