Auteur

Bernard DELOUPY - Auteur
© Patrick Gauthey

À travers une saga de romans policiers réalistes où action, suspense, humour et sensualité font bon ménage, je cherche à distraire mes lecteurs, mais également à éveiller leur conscience sur de lourdes problématiques de société. Déchets nucléaires, paradis fiscaux, guerre de religions, surpopulation et électro-hypersensibilité, autant de sujets graves et prémonitoires qui n’ont jamais été autant d’actualité

Les quatre premiers opus de cette saga publiée par  un éditeur régional, Gilletta nice-matin, se sont vendus à 60.000 exemplaires sur les seuls départements français des Alpes-Maritimes et du Var.

Ce succès tient en partie au fait que les lieux, les organismes, les matériels utilisés, les chiffres, les rappels historiques et tous les éléments de l’intrigue pris isolément sont réels. La fiction du roman réside simplement dans la façon dont j’ai articulé des rencontres fictives entre ces univers distincts. L’important travail de recherches mené en amont est une courtoisie que je devais au lecteur pour faciliter son immersion dans une intrigue la plus vraisemblable possible.

Si vraisemblable que les sujets de ces romans se sont avérés étonnamment prémonitoires.

Paru en 2007, Crim’ sur la Prom’ a été rattrapé par l’actualité ainsi qu’en attestent, des années après sa parution, la découverte de vieux cargos rouillés transportant des déchets toxiques, sabordés au milieu de la Méditerranée par la mafia italienne, ou les premiers procès sur l’escroquerie à la TVA de la taxe carbone arrivés devant les tribunaux.

Paru en 2008, Crim’ sous le Tram’ a été rattrapé par l’actualité ainsi qu’en attestent, des années après sa parution, les révélations d’évasion fiscale et de blanchiment d’argent des scandales financiers Clearstream, Luxstream et Panama Papers. Triste  témoignage de la corruption au plus haut niveau des dirigeants du monde, ceux là même qui donnent des leçons de morale et de probité à leurs concitoyens.

Paru en 2009, Crim’ sur la Côte a été rattrapé par l’actualité géopolitique ainsi qu’en attestent, des années après sa parution, l’embrasement croissant du Moyen-Orient consécutif à la guerre en Afghanistan et au Printemps arabe, la montée du terrorisme islamique aux quatre coins de la planète, jusqu’au cœur de l’Hexagone, et le risque de choc des civilisations qui se profile.

Paru en 2011, Crim’ au Cap a été rattrapé par l’actualité de ces dernières années, ainsi qu’en témoignent les vagues croissantes de migrants vers l’Europe, fuyant la misère, et les bouleversements climatiques d’une planète saturée par l’empreinte humaine ainsi que l’a constaté la COP 21. Aucune des initiatives de planning familial mises en œuvre par l’ONU n’a réussi à inverser la courbe démographique. Et après avoir déjà doublé durant les 50 dernières années, l’humanité comptera 9 milliards de personnes en 2050, une population qui excèderait les ressources de la Terre pour  la nourrir et réparer ses agressions sur l’éco-système.

Paru en Juin 2017, Crim’ au soleil évoque la nocivité du brouillard d’ondes électromagnétiques qui nous entourent, notamment celles émises par nos téléphones mobiles et leurs relais. Et le risque que se déclenche bientôt une épidémie mondiale d’électro-hypersensibilité qui affecterait potentiellement les 3 milliards d’humains abonnés. Confrontée au coeur du pouvoir, de l’industrie, de la santé et des médias, et mettant en exergue la collusion de tous ces acteurs séduits par les enjeux financiers, l’enquête de mon héros est la métaphore de deux mondes qui s’entrechoquent : la mobilisation des citoyens contre le Nouvel Ordre mondial ultra-libéral qui se dessine.

Commander en ligne 

Mon souhait le plus cher est de contribuer, par le biais d’un roman que je souhaite distrayant, à éveiller les consciences de mes contemporains sur des problématiques dont les conséquences prévisibles sont édifiantes. Ne comptons pas sur nos dirigeants pour porter leurs risques à la connaissance du public. « On ne résout pas les problèmes avec les modes de pensée qui les ont engendrés » disait Einstein. Ne cherchons pas pour autant à combattre ce Mal de façon frontale, cela n’aboutirait qu’à le nourrir et le renforcer.

Soyons simplement lucides et créatifs pour imaginer dans la joie des solutions nouvelles en vue d’un avenir meilleur.